La photo… ça marche comment ?

Smartphone, Reflex, Chambre noire, ça marche pareil 😉

Comment mon appareil prend une photo ?

Une photo déjà, ç’est quoi ? Un sujet, vu à travers une lentille optique, vient s’imprimer sur une surface photosensible ( pellicule, capteur numérique ), qui à travers différents procédés donne une image. Pour que cela fonctionne, il y a plusieurs paramètres à connaitre qui sont reliés les uns aux autres.

3 sont fondamentaux :

La vitesse d’exposition / l’ouverture / la sensibilité.


Comment ça marche :

Prenez votre robinet et des verres de tailles différentes (deux pour l’exemple, représentant une sensibilité de 100 iso et 800 iso) .

faucet-576755_1280

verre-iso1

L’ouverture  correspond au diamètre d’ouverture de votre robinet.

La vitesse d’exposition correspond au temps mis pour remplir votre verre.

La sensibilité (ISO) correspond à la taille de votre verre, le verre est de plus en plus petit à mesure que la sensibilité augmente.

expo-web

 » Votre image est bonne quand le verre est rempli « 

water-295323_1280 = facebook-295478_1280

 


Maintenant que l’on a tout, l’expérience commence :

Partons sur le fait que nous basons notre réglage sur la sensibilité :

verre-iso1

Verre 100 iso : 

Lorsque j’ouvre mon robinet, je règle l’ouverture de mon objectif. Le temps que je mets à remplir mon verre, correspond au temps où mon appareil prend la photo. On arrête quand le verre est rempli, correspondant à une image correctement exposée à la sensibilité de 100 iso.

Verre 800 iso :

Mon verre est plus rapide à remplir car beaucoup plus petit, donc avec un besoin moindre en eau ( lumière ), comme pour une photo de nuit. Cela aura pour effet de me donner deux possibilités pour remplir mon verre correctement :

  • J’ouvre en grand mon robinet mais pendant un temps très court. Utile pour un temps de prise de vue rapide comme la photo sportive, ou de sujet que l’on veut figer dans l’action.
  • J’ouvre en très petit pendant un temps plus long. Utile pour un temps de prise de vue plus lent comme la pose longue ou que l’on veut un effet de trainée d’un sujet en mouvement.

Pourquoi dans ce cas ne pas être tout le temps à fond ? Parce que, augmenter la sensibilité amène ce symptôme redouté en photo, le « bruit ». Gros pixel disgracieux et, pour le numérique, de couleur violette, vert ou bleu dans les zone les plus sombres. Donc privilégier tant que possible les basses sensibilités.

Nous avons donc pour chaque situation plusieurs possibilités de réglages

 vitesse / ouverture / Sensibilité

Vous allez me dire « cool ! j’ai tout compris » (ou pas 😉 dans ce cas, laissez-moi un message ).

Alors il est où le … « OUI, MAIS » … parce que bien sûr, il y a un « MAIS ».

L’ouverture que l’on choisit joue un rôle sur la distance de netteté dans l’image, ceux que l’on appelle la profondeur de champs ( Cliquez pour lire en détail, mais là on reste simple ).

Donc plus j’ouvre mon objectif ( facteur plus petit du f, exemple : f/2.8 ), plus ma profondeur de champs sera réduite, comme pour un portrait avec un beau flou arrière.

Alors que si je réduis mon ouverture ( facteur plus grand du f, exemple : f/11 ), ma profondeur de champs me donnera une netteté plus grande, comme une photo de paysage.

flou

C’est pour cela que les appareils ne permettant pas un réglage manuel de l’exposition, ont des modes qui règlent, entre autres, votre expo pour :

– Modes :

  • Sportif : pour les prises rapides
  • paysage : mise au point longue
  • portrait : flou arrière.
  • nuit : sensibilité élevée
  • etc…

Voilà ce que vous devez savoir pour savoir à quoi sert le bouton avec le petit bonhomme qui court sur votre appareil 😉 et utiliser les menus ou réglages au mieux.

Si vous n’avez pas tout compris, et même si vous avez compris, laissez-moi un message 😉

A bientôt